You are using an outdated browser. We suggest you update your browser for a better experience. Click here for update.
Close this notification.
Skip to main content Skip to search

L’amélioration des processus en Ontario a permis de renforcer l’efficacité du réseau de cancérologie

octobre 11, 2018

lecture 3 min

Le réseau de cancérologie de l’Ontario devient de plus en plus efficace selon l’Indice de qualité du réseau de cancérologie (IQRC) 2018, une mesure d’amélioration de la qualité met en lumière les domaines où les fournisseurs de services en cancérologie, notamment les médecins et le personnel infirmier, peuvent renforcer la qualité des soins.

,

L’Indice de qualité du réseau de cancérologie 2018 souligne les points forts et les difficultés du réseau de cancérologie provinciale

Le réseau de cancérologie de l’Ontario devient de plus en plus efficace selon l’Indice de qualité du réseau de cancérologie (IQRC) 2018, une mesure d’amélioration de la qualité met en lumière les domaines où les fournisseurs de services en cancérologie, notamment les médecins et le personnel infirmier, peuvent renforcer la qualité des soins. Cet outil Web de production de rapports publics, lancé aujourd’hui par le Conseil de la qualité des soins oncologiques de l’Ontario (CQSOO), indique que le réseau de cancérologie de l’Ontario fonctionne bien et que les habitants de la province continuent de recevoir des soins efficaces et sécuritaires fondés sur les meilleures données probantes dans l’ensemble du continuum de soins.

« L’IQRC nous permet de surveiller le rendement du réseau de cancérologie de l’Ontario chaque année et de formuler des recommandations quant à l’amélioration de la qualité des soins dans la province », a indiqué Virginia McLaughlin, présidente du CQSOO. « Les résultats obtenus cette année démontrent que l’Ontario continue d’offrir des soins oncologiques de haute qualité, mais qu’il reste encore des efforts à déployer afin d’améliorer ces soins pour tous les Ontariens. »

Évaluation de la qualité du réseau : IQRC 2018

Cette année, l’IQRC a permis de discerner plusieurs améliorations en matière d’efficience, de qualité et d’efficacité au sein du réseau de cancérologie. Ces améliorations montrent que le réseau se fonde sur les repères fixés pour chaque indicateur :

  • Efficience du dépistage pour le cancer colorectal : Les adultes qui passent des coloscopies normales et complètes devraient seulement être dépistés tous les trois ans. Le pourcentage de coloscopies qui sont effectuées dans les trois ans suivant une coloscopie normale et complète sans hospitalisation est un indicateur qui évalue la pertinence de la coloscopie et son potentiel abus. L’Ontario remplit bien son rôle en matière d’efficience du dépistage pour le cancer colorectal, au vu de la baisse du pourcentage d’Ontariens âgés de 53 ans ou plus qui ont passé une seconde coloscopie dans les 36 mois suivant une coloscopie normale et complète sans hospitalisation.
  • Efficience de l’imagerie pour la stadification du cancer du sein : Les directives de pratique ne recommandent pas le recours à des examens d’imagerie classiques pour détecter une maladie métastatique chez les patients ne présentant aucun symptôme. L’Ontario s’améliore sur le plan de la qualité et de l’efficience des analyses de stadification pour le cancer du sein, au vu de la baisse du nombre de patients atteints d’un cancer du sein de stade I qui ont passé au moins un examen d’imagerie pour détecter des métastases à distance.
  • Efficacité des soins chirurgicaux : Afin d’offrir les meilleurs soins qui existent, les hôpitaux doivent posséder les ressources humaines et physiques spécialisées nécessaires pour proposer des soins chirurgicaux sécuritaires, efficaces et de haute qualité. Certains hôpitaux sont désignés comme étant dotés des ressources particulières nécessaires pour offrir certains types de chirurgie. Le nombre de patients qui ont reçu une chirurgie oncologique gynécologique ou visant à traiter un cancer des voies aérodigestives supérieures dans un centre désigné pour ces traitements a augmenté durant l’exercice financier 2016-2017 et approche la cible de 90 % fixée par Action Cancer Ontario.
  • Assurance de la qualité de la radiothérapie : L’examen par les pairs est au cœur du procès d’assurance de la qualité des soins de santé. En radiothérapie, il correspond à l’évaluation du plan de traitement du radiooncologue traitant par un autre radio-oncologue. En Ontario, le pourcentage de plans de traitement par radiothérapie qui ont été examinés par des radio-oncologues a augmenté. Il s’élève actuellement à 88 %, donc supérieur à la cible de 75 %.

Le CQSOO encourage Action Cancer Ontario à continuer de jouer un rôle de chef de file dans l’amélioration des données probantes et de la qualité dans l’ensemble du réseau. Il recommande à Action Cancer Ontario de donner la priorité à des évaluations intégrées et adaptées des futurs rapports en se concentrant sur les améliorations à apporter aux évaluations en temps réel de l’expérience et des résultats des patients, et l’amélioration de la coordination entre tous les points de transition. L’amélioration de l’accès aux services d’examen, de dépistage et de soutien a également été désignée comme l’une des priorités d’Action Cancer Ontario en matière de progrès à effectuer.

« Nous saluons les résultats obtenus par l’IQRC de cette année puisqu’il fournit des données clés qui nous permettront de consolider davantage le réseau de cancérologie de l’Ontario », a indiqué Michael Sherar, PDG, CCO. « Nous entendons collaborer avec nos partenaires régionaux, les patients et les familles ainsi que des communautés de Premières nations, d’Inuits, de Métis et d’Autochtones en milieu urbain originaires de l’ensemble de la province pour encourager l’amélioration de la qualité. »

L’IQRC est un outil d’amélioration de la qualité qui est renouvelé annuellement depuis 2005. Il détermine les lacunes du réseau de cancérologie, encourageant ainsi son amélioration à l’aide d’analyses comparatives régionales, provinciales, nationales et internationales. Cet indice évolue chaque année et se voit retirer des indicateurs lorsque ceux-ci atteignent ou dépassent leurs cibles, ou lorsqu’il existe une méthode d’évaluation plus précise du système. L’IQRC participe à l’élaboration du plan d’action global d’Action Cancer Ontario, notamment à la détermination des priorités et à l’allocation des ressources.

L’IQRC 2018 compte 31 indicateurs représentatifs du continuum des soins de cancérologie, du dépistage à la survie, ainsi que plusieurs mesures liées à la prévention du cancer. Consultez la page www.csqi.on.ca pour découvrir tous les indicateurs et l’outil de production de rapports interactif de cette année.